Les styles de karaté

 

Il existe cinq principaux styles de karaté: le Shotokan, le Shito-ryu, le Wado-ryu, le Goju-ryu et le Kyokushinkai.

 

Le Shotokan a été développé par Gichin Funakoshi. Il est le plus répandu en France et dans le monde. Son emblème est le tigre (voir Histoire du karaté "Les origines du karaté - 2e partie"). Il se caractérise par des positions relativement basses. C'est essentiellement sur ce style que Neko écrit, puisque c'est celui qu'il pratique.

 

Le Shito-ryu a également son maître de référence: Kenwa Mabuni. Il a été élève dans des ryus secrètes de Shuri-te et Naha-te. Son style comporte une soixantaine de katas différents, des positions hautes ou très basses avec des changements de direction plus marqués que dans d'autres styles, des techniques plus courtes et enroulées. C'est le style de prédilection des techniciens japonais et un des plus élégants, d'après Neko.

 

Le Wado-ryu est le style de Hironori Ohtsuka. C'était un maître du jujitsu qui a commencé le karaté avec Gichin Funakoshi puis s'est émancipé. Le style est caractérisé par des positions souvent hautes et des techniques très courtes. L'emblème de ce style est un oiseau, possiblement une colombe.

 

Le Goju-ryu a été créé par Chojun Miyagi qui pratiquait un style de Naha-te. Mais c'est principalement l'un de ses disciples, Gogen Yamagushi, surnommé au Japon "Neko" (tiens, tiens...) qui en assure le développement. Ce style comprend des positions hautes, des techniques courtes et rapprochées, souvent de mains ouvertes.

 

Le Kyokushinkai est le plus récent des styles de karaté. Masutatsu Oyama a combiné du Goju-ryu et du Shotokan pour développer ce style qui repose beaucoup sur le contact, ce qui le différencie nettement des autres. Les katas respiratoires sont aussi très spécifiques à cette école. Le Kyokushinkai a ses propres règles de kumité et ses propres compétitions en kata et kumité, mais les pratiquants peuvent aussi participer avec leurs camarades des quatre autres styles aux compétitions fédérales.

 

Attention, il existe d'autres petits frères de ces styles, Neko ne vous en a présenté que les principaux.

 

Neko envisage aussi de se mettre à la pratique de ces autres styles pour son enrichissement personnel. Ainsi, Neko fait aussi du tai ji quan (prononcez taï chi chouan), un art martial chinois interne très lent et zen. Il en a retiré énormément de choses qu'il a pu réinvestir dans son karaté. Chaque art martial est différent, tous sont complémentaires.

Écrire commentaire

Commentaires : 0