Les chats

 

- Le manekineko -

 

Il y avait quelque temps que Neko voulait écrire un article sur ses petits camarades: les chats!

 

Il se trouve que le chat a une place particulière dans la culture japonaise, comme en témoigne le fameux "manekineko" que vous avez sûrement déjà eu l'occasion de voir si vous avez eu la chance de visiter le Japon ou plus simplement de flâner à Paris dans les quartiers asiatiques.

Le "manekineko" est littéralement le "chat qui accueille" ou "le chat qui invite" (sous-entendu à entrer).

Il est apparu vers le XVIIIe-XIXe siècle à l'entrée des commerces japonais comme porte-bonheur censé inciter la clientèle à pénétrer dans le magasin. Depuis, il a été décliné en différentes formes, poses et couleurs. Traditionnellement, chaque élément avait une signification précise et Neko va vous en présenter quelques-unes.

Par exemple, le manekineko peut lever soit la patte droite pour attirer la fortune ou la chance, soit la patte gauche pour faire venir les clients ou les amis. Selon les régions et les croyances, ça peut aussi être l'inverse... Alors le mieux, pour être tranquille, c'est encore d'avoir un manekineko qui lève les deux pattes en même temps! 

La couleur compte aussi! Le super porte-bonheur est le manekineko tricolore qui est une couleur rare très appréciée par les Japonais. La deuxième couleur la plus populaire est le blanc uni qui symbolise la pureté.

Mais l'on peut aussi trouver des manekineko* noirs qui protègent contre le mal, des rouges qui préservent la bonne santé, ou encore des dorés ou jaunes pour assurer la richesse. D'autres couleurs, moins traditionnelles, ont été adaptées plus récemment, comme le vert pour la réussite scolaire ou professionnelle et le rose pour trouver l'âme sœur... Autant dire qu'il y en a pour tous les goûts.

* en japonais, il n'existe pas de pluriel: c'est le contexte et le sens de la phrase qui permet de savoir si les noms sont au singulier ou au pluriel.

Plusieurs légendes expliquent les origines du manekineko. Neko en a choisi deux qu'il voulait vous raconter!

Selon une première histoire datant de l'ère Edo (1600-1868), un groupe de samouraïs chevauchaient à travers les montagnes avant de parvenir à un temple. Au moment de mettre pied à terre, ils aperçurent, perché au sommet des marches menant au temple, un petit chat. Celui-ci leva la patte comme pour les inviter à entrer. Les samouraïs se mirent alors à l'abri dans le temple et échappèrent de justesse à un violent orage! La foudre serait même tombée juste à l'endroit où ils s'étaient trouvés. Pour remercier le chat, ils façonnèrent une statuette à son effigie qu'ils laissèrent à l'entrée du temple: le premier manekineko.

Un peu dans le même genre, toujours de la même époque, l'histoire d'un pauvre prêtre et de son chat qui vivaient ensemble dans un temple abandonné. Le pauvre prêtre, n'ayant plus rien à manger, s'endormit, tandis que son chat faisait le guet à l'entrée du temple. Vint à passer un riche marchand qui essayait de se mettre à l'abri de la pluie. Il vit le chat qui levait la patte, l'invitant à entrer. Pour le remercier, le marchand restaura le temple et donna de l'argent à son maître.

 

Neko conclura donc ainsi: c'est quand même bien utile, un petit compagnon félin!

Commentaires : 0